Une nouvelle étude scientifique parue en ligne aujourd’hui dans « The Journal of Experimental Medicine » identifie une nouvelle population de cellules servant de réservoir principal pour le VIH

LAUSANNE, Suisse--()--Une nouvelle étude publiée en ligne aujourd’hui dans « The Journal of Experimental Medicine » a mis en évidence un nouveau réservoir où le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) se multiplie et se cache. Cette étude a été menée par le Prof. Giuseppe Pantaleo et le Dr Matthieu Perreau du Service d’immunologie et allergie et de l’Institut Suisse de Recherche sur les Vaccins (SVRI), au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Suisse.

« L’identification des Tfh comme réservoir principal du VIH ouvre la voie à de nouvelles stratégies thérapeutiques visant à détruire de façon sélective les Tfh infectées par le virus »

Les lymphocytes T CD4 sont les principales cibles du VIH. Les cellules T CD4 servant de réservoir au VIH, à la production et à la réplication du virus, ne se trouvent pas dans le sang mais sont présentes exclusivement dans les tissues lymphatiques dans une région appelée centre germinatif. Ces cellules T CD4, appelées cellules T folliculaires (Tfh), représentent environ 2% des lymphocytes T CD4 résidant dans les tissus lymphatiques. Les Tfh sont en contact direct avec les lymphocytes B et aident ces cellules à produire des anticorps.

« C’est une découverte importante dans le domaine de la recherche contre le sida. Nous avons enfin identifié la population principale responsable de la réplication et de la production du virus de l’immunodéficience humaine» a commenté le Prof Pantaleo. « Nous avons également montré que les Tfh serviraient de réservoir pour la production de virus résiduel, conduisant aux pics de virémies que l’on détecte même chez les patients traités par des antirétroviraux ».

« Les Tfh infectées par le VIH se cachent dans les centres germinatifs et sont par conséquent difficilement accessibles aux lymphocytes T CD8 cytotoxiques » a précisé le Dr Perreau. « Les Tfh des centres germinatifs constituent donc un sanctuaire idéal pour la réplication du VIH».

« L’identification des Tfh comme réservoir principal du VIH ouvre la voie à de nouvelles stratégies thérapeutiques visant à détruire de façon sélective les Tfh infectées par le virus » a ajouté le Prof Pantaleo. « L’élimination des Tfh infectées représente une stratégie thérapeutique essentielle pour obtenir une « cure fonctionnelle », c’est à dire le contrôle de la réplication du VIH sans l’aide de traitements antiviraux, menant potentiellement à l’élimination complète du virus».

NOTES POUR LA REDACTION

Lymphocyte T: Petit globule blanc intervenant dans la réponse immunitaire. Les lymphocytes T repèrent et détruisent des agents pathogènes provenant de l’extérieur de l’organisme comme les bactéries et les virus.

Lymphocyte T CD4: Un lymphocyte CD4 est un type de globule blanc qui aide à diriger et active les cellules de l'organisme qui combattent l'infection. Ils doivent leur nom aux molécules CD4 qu'ils portent sur leur surface. Les lymphocytes T CD4 sont les cellules cibles du virus du sida, c’est pourquoi les personnes atteintes par le virus deviennent immunodéprimés.

Réservoir: désigne l’endroit où le VIH est stocké, avec notion de possible source mais aussi de stabilité.

Lymphocyte T CD8 cytotoxique: détruisent les cellules infectées. Ces cellules sont dites cytotoxiques car elles sont à même de détruire des cellules cibles qui présentent des antigènes spécifiques

**********

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV)

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) est l’un des 5 hôpitaux universitaires suisses. Grâce à sa collaboration avec la Faculté de biologie et médecine de l’Université de Lausanne, le CHUV joue un rôle de pointe d’envergure européenne dans les domaines des soins médicaux, de la recherche médicale et de la formation.

Institut Suisse de Recherche sur les Vaccins (SVRI)

Le SVRI un partenariat de cinq instituts de recherche suisse (www.swissvaccineresearchinstitute.ch). Le SVRI a été créé en 2007 à Lausanne et est soutenu par le Secrétariat d'Etat à l'éducation et à la recherche. Sa mission principale est de couvrir les principaux aspects de la recherche de vaccins contre les trois grandes maladies infectieuses: le sida, la tuberculose et la malaria ainsi que dans les domaines de la grippe et du cancer. L’objectif est de favoriser la coopération de tous les scientifiques qui travaillent, de la recherche fondamentale à la recherche clinique, au développement de vaccins. Le SVRI est hébergé par le CHUV, Lausanne, Suisse.

Contacts

Pour davantage de renseignements, veuillez contacter:
Dr. Sophie Sierro, CHUV
Tél. + 41 21314 79 76
Mail : sophie.sierro@chuv.ch
ou
Danièle Castle, Genevensis Communications
Tél. + 41 79 202 6667
Mail : info@genevensis.com

Langues du communiqué

Informations sur la société

Swiss Vaccine Research Institute RSS Swiss Vaccine Research Institute