Le rapport BioInitiative 2012 émet de nouveaux avertissements sur la technologie sans fil et les fréquences électromagnétiques

RENSSELAER, New York--()--D'après un nouveau rapport du groupe de travail BioInitiative 2012, les éléments prouvant les risques pour la santé des champs électromagnétiques et des technologies sans fil (rayonnement radioélectrique) sont significativement plus nombreux depuis 2007. Le rapport examine plus de 1 800 nouvelles études scientifiques. Les utilisateurs de téléphones portables, les futurs parents, les jeunes enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables.

« Les preuves épidémiologiques indiquent que les radiofréquences devraient être classées commes des substances cancérigènes pour l'homme. Les niveaux de référence et les limites de sécurité publique FCC/IEE et ICNIRP existants ne sont pas adéquats pour protéger la santé publique. »

« Il existe une tendance constante d'augmentation du risque de gliome (une tumeur maligne du cerveau) et de névrome acoustique avec l'utilisation de téléphones portables et sans fil »,a déclaré Lennart Hardell, Docteur en médecine de l'Université d'Orebro, en Suède. « Les preuves épidémiologiques indiquent que les radiofréquences devraient être classées commes des substances cancérigènes pour l'homme. Les niveaux de référence et les limites de sécurité publique FCC/IEE et ICNIRP existants ne sont pas adéquats pour protéger la santé publique. »

Une douzaine de nouvelles études indiquent que le rayonnement des téléphones portables nuit au sperme. Même dans une poche ou sur une ceinture, un téléphone portable peut nuire à l'ADN du sperme, déformer le sperme et nuire à la fertilité masculine. Les ordinateurs portables dotés de connexions internet sans fil peuvent endommager l'ADN du sperme.

Sur la base de données prouvant une atteinte biologique dans l'autisme, il est plausible que les fréquences électromagnétiques et les radiations radioélectriques augmentent le risque et les symptômes de l'autisme. « Tandis que nous recherchons activement les liens entre les troubles autistiques et les technologies sans fil, nous devrions minimiser les expositions aux technologies sans fil et aux fréquences électromagnétiques pour les personnes souffrant de troubles autistiques, les enfants de tous les âges, les personnes envisageant d'avoir un enfant et pendant la grossesse », ajoute Martha Herbert, docteur en médecine, doctorante.

Les appareils sans fil, tels que les téléphones et ordinateurs portables utilisés par les femmes enceintes risquent d'altérer le développement cérébral du fœtus. Ceci a été lié à l'hyperactivité et à des problèmes d'apprentissage et du comportement dans des études portant sur des animaux et des humains.

Selon David O. Carpenter, docteur en médecine, coéditeur :

« Les preuves indiquant des risques pour la santé de milliards de personnes dans le monde sont aujourd'hui beaucoup plus nombreuses. Le statu quo est inacceptable à la lumière des preuves attestant des dommages. »

Cette étude recouvre les fréquences électromagnétiques émises par les lignes électriques, le câblage électrique, les appareils et les combinés ; ainsi que les technologies sans fil (téléphones portables et sans fil, stations cellulaires, « compteurs intelligents », Wi-Fi, ordinateurs portables sans fil, routeurs sans fil, interphones de surveillance pour bébé et autres appareils électroniques). Les aspects sanitaires incluent les dommages à l'ADN et aux gènes, les effets sur la mémoire, l'apprentissage, le comportement, l'attention, les perturbations du sommeil, le cancer et les maladies neurologiques telles que la maladie d'Alzheimer. De nouvelles normes de sécurité sont requises d'urgence pour protéger contre les expositions aux fréquences électromagnétiques et aux technologies sans fil qui font aujourd'hui partie de la vie quotidienne.

Le rapport BioInitiative 2012 est disponible sur : www.bioinitiative.org.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Groupe de travail BioInitiative
Cindy Sage, (805) 969-0557
info@bioinitiative.org