De nouvelles recherches indiquent qu'un chasseur de bonnes affaires en ligne sur cinq est dupé par des sites qui vendent des articles de contrefaçon

Aucune différence démographique significative n'existe entre les consommateurs qui achètent des articles de contrefaçon et ceux qui n'en achètent pas, selon le tout dernier rapport sur le shopping de MarkMonitor

SAN FRANCISCO--()--À l'approche de la saison des achats des Fêtes 2012, MarkMonitor®, le leader mondial en protection des marques d'entreprise, qui fait partie de Thomson Reuters, a publié aujourd'hui sa toute dernière étude sur le commerce électronique et les articles de contrefaçon. LeMarkMonitor Shopping Report, qui est axé sur les segments des vêtements et des articles de luxe, a déterminé qu'un chasseur de bonnes affaires américain et européen sur cinq faisait du shopping par inadvertance sur des sites de commerce électronique vendant des marchandises de contrefaçon alors qu'il cherchait de bonnes affaires en ligne. Les chercheurs de bonnes affaires étaient plus nombreux que les consommateurs à la recherche de contrefaçons dans un rapport de 20 à 1.

« À l'approche de la saison des Fêtes, les marchands sont impatients de maximiser leur retour sur investissement et leur chiffre d'affaires. La méthodologie unique que nous avons développée avec Nielsen aidera les marques en leur fournissant de nouvelles perspectives sur la demande pour leurs produits et leurs services »

En utilisant sa technologie exclusive pour examiner les tendances du shopping virtuel, MarkMonitor a collaboré avec Nielsen, un grand prestataire mondial d'information et de perspectives sur ce que les consommateurs regardent et achètent, pour analyser des données anonymes de panélistes en ligne sanctionnés de Nielsen dans six pays sur une période de neuf mois. Près de cinq millions de sessions de shopping ont été examinées pendant la durée de l'étude, focalisées sur les termes de recherche que les acheteurs utilisaient, tels que 'faux,’ 'réplique,’ 'bon marché' ou ‘rabais,’ pour déterminer leur motivation. Environ un chasseur de bonnes affaires américain et européen sur cinq (par ex., ceux utilisant des termes de recherche tels que bon marché, rabais, oupoint de vente) atterrissaient sur des sites qui vendaient des articles de contrefaçon et non pas des articles légitimes. Les taux de conversion —définis comme le placement d'un article dans le panier d'achat—pour les visites de ces sites étaient supérieurs aux taux de conversion des visites de sites qui vendaient des articles légitimes.

« Les consommateurs sont accaparés par des sites de commerce électronique intrus qui font perdre des affaires aux marques. Les conclusions de notre rapport sur le shopping soulignent à quel point il est important de développer des stratégies de protection de marque proactives dans l'ère numérique », a déclaré Fredrick Felman, directeur du marketing de MarkMonitor.

Le MarkMonitor Shopping Report a également examiné de multiples facteurs démographiques —y compris l'âge, le revenu, les niveaux d'éducation, et la taille du ménage—et a déterminé que les différences démographiques entre les consommateurs virtuels qui recherchent des articles de contrefaçon et ceux qui sont de simples chasseurs de bonnes affaires à la recherche d'articles légitimes étaient minimes. Parmi les consommateurs américains, par exemple, environ un quart des acheteurs d'articles de marque légitimes (26 %) en ligne et ceux qui cherchaient des articles de contrefaçon (26 %) avaient une formation universitaire de quatre ans ou plus. Environ 37 % des acheteurs d'articles légitimes américains ont un revenu annuel inférieur à 50 000 USD ; parmi les acheteurs d'articles de contrefaçon américains, 38 % gagnent moins de 50 000 par mois. Parmi les pays de l'Union européenne, le pourcentage de consommateurs qui gagnent plus de 54 000 EUR par an est le même pour les consommateurs d'articles de contrefaçon et d'articles légitimes (17 %.)

« Ces résultats contestent réellement l'hypothèse couramment admise que les consommateurs qui achètent des articles de contrefaçon sont très différents de ceux qui achètent des articles légitimes », a déclaré Eric Solomon, vice-président directeur en mesure d'audience numérique mondiale de Nielsen. « À l'approche du Cyber-lundi, les consommateurs de tous les segments doivent être vigilants quand ils font des achats en ligne ».

Le prix de nombreux articles de contrefaçon donne souvent l'impression que les articles en vente sont légitimes, souvent réduits de 25 à 50 % par rapport aux barèmes des prix légitimes, ce qui est comparable aux prix de vente de fin de saison ou ‘éclatés’. Ces prix plausibles donnent aux consommateurs l'impression qu'ils font une bonne affaire sur un article légitime, surtout de pair avec la tendance croissante des sites intrus à présenter des campagnes de marketing et des photographies récentes des marques.

« À l'approche de la saison des Fêtes, les marchands sont impatients de maximiser leur retour sur investissement et leur chiffre d'affaires. La méthodologie unique que nous avons développée avec Nielsen aidera les marques en leur fournissant de nouvelles perspectives sur la demande pour leurs produits et leurs services », a conclu M. Felman. « En intégrant les données d'un panel sanctionné anonymisé de Nielsen à des informations sur le trafic et les sites intrus, nous sommes en mesure de fournir des perspectives uniques sur les tendances de shopping des consommateurs dans des canaux de commerce électronique alternatifs et aider les marques à récupérer le trafic et les revenus que représentent ces consommateurs ».

Méthodologie et disponibilité

L'étude, menée entre juillet 2011 et mars 2012, a analysé la relation entre les acheteurs en ligne, les termes de recherche qu'ils utilisent et les sites qu'ils visitent quand il veulent acheter des vêtements et des articles de luxe. En utilisant des données de panel anonymisées et des recherches à l'aide de mots-clés, les analystes de MarkMonitor ont examiné le trafic sur les sites visités par les panélistes, y compris 1000 sites Web qui vendaient des articles légitimes et 8000 sites identifiés par MarkMonitor comme vendant des articles de contrefaçon. Ces analystes ont segmenté les consommateurs selon qu'ils visitaient des sites vendant des contrefaçons et aussi selon que leurs recherches à l'aide de mots-clés étaient liées à une bonne affaire ou liées à une contrefaçon. Les panélistes sanctionnés par Nielsen avaient été recrutés en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Le MarkMonitor Shopping Report peut être téléchargé dès maintenant sur https://www.markmonitor.com/2012shoppingreport/.

À propos de MarkMonitor

MarkMonitor, leader mondial de la protection des marques d’entreprise, et une entreprise Propriété intellectuelle & Science de Thomson Reuters, s’appuie sur un modèle SaaS pour fournir une technologie et une expertise de pointe qui protègent les chiffres d’affaires et les réputations des plus grandes marques mondiales. Dans le monde numérique, les marques sont confrontées à de nouveaux dangers liés à l’anonymat qui règne sur le Web, à sa dimension planétaire et à l’évolution des modes de consommation des contenus, marchandises et services. Les clients choisissent MarkMonitor pour sa combinaison unique d'expertise à la pointe du secteur, de technologie avancée et de relations sectorielles extensives pour protéger leurs investissements en marketing, leurs revenus et la confiance de leurs clients. Pour en savoir plus, consulter www.markmonitor.com.

À PROPOS DE THOMSON REUTERS

Thomson Reuters est la première source mondiale d'informations intelligentes pour les entreprises et les professionnels. Nous allions notre expertise sectorielle à une technologie innovante pour fournir des information critiques aux décideurs de premier plan des marchés juridiques, de la finance et du risque, des impôts et de la comptabilité, de la propriété intellectuelle, des sciences et des médias, générées par les organes de presse les plus crédibles au monde. Avec son siège à New York et des opérations importantes à Londres et à Eagan, dans le Minnesota, Thomson Reuters emploie environ 60 000 personnes et exerce ses activités dans plus de 100 pays. Pour de plus amples informations, visiter www.thomsonreuters.com.

MarkMonitor® est une marque déposée de MarkMonitor Inc., qui fait partie de l'entreprise Propriété intellectuelle & Science de Thomson Reuters. Toutes les autres marques de commerce citées dans les présentes appartiennent à leurs propriétaires respectifs.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

MarkMonitor
Chrissie Jamieson, +44 (0) 203 206 2220
chrissie.jamieson@markmonitor.com